(Toutes ces chansons sont protégées et déposées à la SACEM, pour toute utilisation ou interprétation, veuillez m’envoyer un mail à frank.savannah@hotmail.fr)

L’ECHANGE

Une étoile de diamant coulait sur son visage,
Cette envie de sourire envolée dans les nuages,
Elle attendait sur un banc, l’heure du grand ramassage,
Le bus du changement pour un nouveau démarrage,

Assise dans la brume, elle tentait d’oublier,
Le départ de l’homme qu’elle a toujours aimé,
Tragique accident, qui arrête le temps,
Il ne saura jamais qu’elle portait son enfant.

Elle a perdue une moitié d’elle,
Elle ne croyait plus à l’éternel,
Mais dans son corps un cadeau du ciel,
Un nouvel ange déployait ses ailes,

Elle a perdue une moitié d’elle,
Elle a retrouvée, c’est l’essentiel,
La brume laisse place à l’arc en ciel,
Départ du bus au pays des merveilles.

Une étoile de diamant brillait dans ses yeux bleus,
Un éclat de rire tout droit venu des cieux,
Il a ouvert les portes de sa vie,
Un an après que son père soit partit.

Elle n’attend plus le grand ramassage,
Une mise au monde qui redonne courage,
Dans les yeux de son fils, c’est son homme qui vit
Il a mit dans leur vie, un goût de paradis.

Elle a perdue une moitié d’elle,
Elle ne croyait plus à l’éternel,
Elle a mise au monde un cadeau du ciel,
Ce nouvel ange qui déploie ses ailes.

Elle a perdue une moitié d’elle,
Elle a retrouvée, c’est l’essentiel,
La brume laisse place à l’arc en ciel,
Départ du bus au pays des merveilles.

Une étoile de diamant brille dans les cieux,
C’est le signe de l’échange miraculeux,
Elle repense à ces instants charnels,
Et elle recroît à l’éternel…
Et elle recroît à l’éternel…


VIE FANTÔME

Exilé de la vie des Hommes,
J’aimerai tant pouvoir être vu,
Pour oublier cette vie Fantôme,
Et l’indifférence qui me tue,

J’aimerai tant pouvoir y croire,
Mais je suis l’Ombre de la rue,
En quête d’un bonheur illusoire,
Et d’une éternelle main tendu.

Mais…
Je m’allonge sur mon trottoir,
Je n’ai plus la force d’avancer,
J’ai vraiment perdu tout espoir,
Le mépris des Hommes m’a fatigué,
Mais c’est la même chose tous les soirs,
Quand je recherche la clarté,
Dans vos Cœurs il fait bien noir,
Et les clochards n’ont pas accès.

Je me relève chaque matin,
En recherchant l’envie de vivre,
Mais la réalité n’est jamais loin,
Il me faut plutôt pouvoir survivre.

Je voudrai juste un bout de pain,
Et quelques uns de vos sourires,
Pour retrouver le bon chemin,
Et reconstruire mon avenir.

Mais…
Je me rassois sur mon trottoir,
Je ne peux plus vraiment lutter
Il n’y plus beaucoup d’espoir,
Le mépris des Hommes est bien ancré.
Il est maintenant vraiment trop tard,
Pour retrouver de la clarté,
Dans vos Cœurs tout est bien noir,
Et les clochards n’ont pas accès.

Mais ce matin tout a changé,
Quand j’ai ouvert mes grands yeux noirs,
Couché dans un lit douillet,
J’étais sortit de mon cauchemar.

J’ai ouvert mes volets,
Et j’ai vu comme par hasard,
Le visage de cet exilé,
Qui ne semblait plus vouloir y croire.

Mais…
Je suis allé sur son trottoir,
Et l’ai aidé à se lever,
Il avait retrouvé espoir,
Et il s’est mis à avancer.
Je l’ai invité chez moi ce soir,
Pour un repas à mes cotés,
Dans mon Cœur, il fait plus noir,
Et cet Ami m’a pardonné.

Je suis allé sur son trottoir,
Et l’ai aidé à se lever,
Il avait retrouvé espoir,
Et il s’est mis à avancer.
Je l’ai invité chez moi ce soir,
Pour un repas à mes cotés,
Dans mon Cœur, il fait plus noir,
Et cet Ami m’a pardonné.


ON SE RETROUVERA

Je ne sais pas comment guérir,

J’ai ton parfum dans ma mémoire,

Je sens encore mon corps frémir,

Quand je repense à toi le soir.

Tu préfères maintenant t’enfuir,

Et mettre terme à notre histoire,

En quelques jours tout démolir,

Même à ce que tu voulais croire.

Je m’attends à un « au revoir », mais pas d’Adieu cette fois,

Car la fin de notre histoire n’est pas prévue comme ça,

C’est peut être le Destin mais tu le sais tout comme moi,

On ne peut rien y faire, on se retrouvera…

Tu veux maintenant partir,

En me laissant aucun espoir,

Mais peux-tu seulement me dire,

La raison de ton départ.

Je voudrais tellement mourir,

Pour te sortir de ma mémoire,

J’arriverai pas à m’en sortir,

Je suis esclave de notre histoire…

Je m’attends à un « au revoir », mais pas d’Adieu cette fois,

Car la fin de notre histoire n’est pas prévue comme ça,

C’est peut être le Destin mais tu le sais tout comme moi,

On ne peut rien y faire, on se retrouvera…

Rien ne laissé présager

Que tu me quitterais à nouveau,

Mais rien ne me fera oublier

Ce que j’ai vécu de plus beau,

Je garde en moi les bons cotés

Et te dis seulement à bientôt,

Je patienterai quelques années

Pour te conquérir à nouveau.


IVRESSE ANIMALE

Femme :
Laisses grandir en moi l’étincelle,
Mon cœur en toi s’est égaré,
Laisses grandir en moi l’étincelle,
Que ton cœur puisse en être touché.
Je ne crois pas en l’irréel,
Mais en un amour affirmé…

Homme :
Tu m’es apparu si belle,
Que mon corps s’est enflammé,
Le moment était si sensuel,
Que nos deux corps se sont touchés,
Je crois en la magie charnelle,
Je me sens si enivré…
Si enivré…

REFRAIN X 2 : femme et homme
Tu es mon obsession fatale,
Je ne sais plus me contrôler,
Quand ce désir s’installe,
Je me sens si envoûté.
En pleine ivresse immorale,
Pour t’appartenir à jamais
Je redeviens animal
Je ne peux plus m’arrêter !

Femme :
Cette nuit j’ai la rage de vivre,
Rien ne peut m’en empêcher,
Cette nuit j’ai la rage de vivre,
Viens sur moi, laisses toi aller,
Ecrivons une page du livre,
Qui ne finira jamais…

Homme :
Cette nuit je suis tellement ivre,
Que j’ai oublié tous problèmes,
Cette nuit je suis tellement ivre,
Que je ne suis plus la même,
Je suis partie à la dérive,
Pour te prouver que je t’aime…
Oui Je t’aime…

REFRAIN X 2 : femme et homme
Tu es mon obsession fatale,
Je ne sais plus me contrôler,
Quand ce désir s’installe,
Je me sens si envoûté.
En pleine ivresse immorale,
Pour t’appartenir à jamais
Je redeviens animal
Je ne peux plus m’arrêter !


NOCTAMBULE SOLITAIRE

Il était la quand tout le monde dormait,
Observant l’échelle de la liberté,
Seul dans ce monde, au milieu de nulle part,
Il y grimpait soir après soir.

Il vivait ses rêves tout éveillés,
En s’évadant vers cette voix lactée,
Les yeux dans le ciel étincelant,
Il s’émerveillait comme un enfant.

C’était un noctambule solitaire,
Un somnambule pas ordinaire,
La lune comme guide et seul repère,
Il avançait seul dans son désert.

C’était un noctambule solitaire,
Un funambule extraordinaire,
Équilibriste dans les airs,
Avec ses deux pieds bien sur terre.

Il avait banni le mot haine
Oubliant la déchéance humaine
Il voulait élire domicile
Loin de toute cette paix fragile

Qu’a t’il appris de ces longs voyages ?
Observant le monde de son beau nuage
Il a vite compris ce qu’était la vie
Sur cette terre de guerre, un bout de paradis.

C’était un noctambule solitaire,
Un somnambule pas ordinaire,
La lune comme guide et seul repère,
Il avançait seul dans son désert.

C’était un noctambule solitaire,
Un funambule extraordinaire,
Équilibriste dans les airs,
Avec ses deux pieds bien sur terre.

Il voulait redescendre pour expliquer aux hommes
Leur faire comprendre tout ce que nous sommes.
Sauver la terre de toute cette misère.
En faisant bien plus qu’une simple prière.

Cette nuit la il voulait tout changer
Des ailes dans son dos largement déployées
Il s’envola vers son grand désert
Et y construisit une ville entière.

C’était un noctambule solitaire,
Un somnambule pas ordinaire,
La lune comme guide et seul repère,
Il avançait seul dans son désert.

C’était un noctambule solitaire,
Un funambule extraordinaire,
Équilibriste dans les airs,
Il était trop bien sur terre…


JE NE TE LÂCHERAI PAS

Ecarté par la distance,
Je n’ai pu être à tes cotés,
Encore noyé par l’impuissance,
J’ai vu ton cœur s’échappé.

Il avait la présence,
Et moi qu’une simple vérité,
Celle de mon assurance,
De t’avoir toujours aimé.

Je ne peux expliquer cette force qui me rattache à toi,
Cette petite chose qui me fait encore rester la,
A me battre contre tout ce que tu mettras face à moi,
Tu peux maintenant me croire, je ne te lâcherais pas.

Je n’ai pas su te retenir,
Pendant que toi tu m’oubliais,
Il était la pour te séduire,
Alors que moi je m’éclipsais.

Comment pouvais-tu te dire,
Qu’un jour je t’abandonnerai,
Alors que mon dernier soupir,
Te sera toujours consacré.

Je ne peux expliquer cette force qui me rattache à toi,
Cette petite chose qui me fait encore rester la,
A me battre contre tout ce que tu mettras face à moi,
Tu peux maintenant me croire, je ne te lâcherais pas.

Et si demain encore,
Tu m’impose ton choix,
Que sur un désaccord,
Tu ne me choisisses pas,

Saches que tout ces efforts,
Je ne les ferai que pour toi,
Car si tout le monde l’ignore,
Tu es la seule qui me va…

Je ne peux expliquer cette force qui me rattache à toi,
Cette petite chose qui me fait encore rester la,
A me battre contre tout ce que tu mettras face à moi,
Tu peux maintenant me croire, je ne te lâcherais pas,
Je ne te lâcherai pas…


TU ETAIS NOSTALGIE…

Tu es partie
Sans un « au revoir »
Et…
Tu m’avais dit,
Il n’y a plus d’espoir…

Mais…
Les portes du coeur ne se referment pas

Et…
Une souffrance qui revient,
Une histoire qui s’éteint,
Je me souviens…
Je me souviens…

Et d’un souvenir d’enfance,
Tu es devenue ma dépendance,
Et tu m’as guéri,
De toute cette absence,
Tu étais nostalgie,
Tu es revenue dans ma vie.

Je sais que l’on a tout à refaire,
Que tu veux le temps d’y voir un peu plus clair,
Mais…
Promet moi que c’est juste éphémère,
Et que tes bras ne pourront plus se défaire,
Car…
Sans toi, il n’y a plus rien à faire,
Je suis désert…
Oui, Désert…

Pardonne toutes mes erreurs,
Et…
Enlèves moi toute cette douleur,

Car…
Les portes de mon cœur ne se referment pas

Et…
Une souffrance qui s’éteint,
Une histoire qui revient,
Tu te souviens…
Tu te souviens…

Et d’un souvenir d’enfance,
Tu es devenue ma dépendance,
Et tu m’as guéri,
De toute cette absence,
Tu étais nostalgie,
Tu as bouleversé ma vie.

Mais toi tu as peur de l’avenir,
Tu es revenu, mais tu ne veux plus souffrir,
Et…
Tu portes en toi, le fruit de nos désirs
Pour notre enfant, Je ne te laisserai plus t’enfuir,

Mais…
Il n’y a plus aucun problème,
Puisque tu m’aimes,
Je t’aime…


EVIDENCE

Comme une simple évidence,
Je t’attendais…
Tu m’attendais…

On m’avait dit,
Le temps soignera les douleurs du passé,
Mais c’était trop tôt pour pouvoir le penser.
On m’avait dit,
L’amour viendra sans que tu daignes le chercher,
Mais mon cœur était trop fermé,
Et il t’attendait…

Comme la plus belle des évidences,
Alors que toute ma vie tu n’étais qu’espérance,
Tu as posé sur mon chemin les valises de ton destin.
Comme la plus belle des évidences,
Comme un traitement sans ordonnance,
Les blessures se sont envolées enfin,
Signons ensemble pour une histoire sans fin.

Tu m’avais dit,
Que j’étais celle que tu as toujours cherchée,
Que maintenant, plus jamais tu ne me lâcherai.
Je t’avais dit,
En quelques jours, vouloir vivre à tes cotés,
Que j’étais sur de pouvoir t’aimer,
Pour l’éternité…

Comme la plus belle des évidences,
Alors que toute ma vie tu n’étais qu’espérance,
Tu as posé sur mon chemin les valises de ton destin.
Comme la plus belle des évidences,
Comme un traitement sans ordonnance,
Les blessures se sont envolées enfin,
Signons ensemble pour une histoire sans fin.

Quelle belle évidence d’avoir croisé ton chemin,
Jamais je n’aurai pu croire en un amour si soudain…

On aime se dire,
Que l’on passera toutes les étapes à franchir,
Qu’a nous deux, nous sommes plus forts pour tout réussir.
On aime se dire,
Que notre nouvelle vie est à reconstruire,
Mais qu’ensemble il n’y aura plus de limites,
A notre Avenir…

Comme la plus belle des évidences,
Alors que toute ma vie tu n’étais qu’espérance,
Tu as posé sur mon chemin les valises de ton destin.
Comme la plus belle des évidences,
Comme un traitement sans ordonnance,
Les blessures se sont envolées enfin,
C’est maintenant que débute notre histoire sans fin.

Quelle belle évidence,
D’avoir croisé ton chemin…


THE SUN IN YOUR EYES

We are used to say,

That life is so nice,

But i chose the wrong way,

And each choice has a price.

i stepped into the unknown,

I could just hope and pray,

Never to walk alone.

There was a dark cloud in my sky,

No bird’s song and no flight of butterfly,

My heart was just going to die.

There was a dark cloud in my sky,

No bird’s song and no flight of butterfly,

I found the sun in your eyes.

You became my story,

The keystone of my breath,

And in your arms, it’s so easy,

To always feel at peace.

In your heart, there was a window,

And as you opened it for me,

I took the path of the rainbow.

There was a dark cloud in my sky,

No bird’s song and no flight of butterfly,

My heart was just going to die.

There was a dark cloud in my sky,

No bird’s song and no flight of butterfly,

I found the sun in your eyes.

My life became a dream,

When i crossed this sunbeam,

Don’t leave me on my own

Don’t leave me…

Alone…